Prise de position de l’AEL sur les examens

Prise de position de l’AEL sur les examens

Par le texte suivant l’Association des Étudiant.e.x.s en Lettres (AEL) soutient le positionnement de la CUAE concernant la mise en place du suivi des études à distance et les sessions d’examens du semestre de printemps 2020.

En tant qu’association facultaire, il nous semblait important de tenter d’identifier les points particuliers qui peuvent poser problème aux étudiant.e.x.s en Lettres dans la situation actuelle. Pour ce faire, nous avons ainsi lancé, le week-end dernier, un questionnaire en ligne afin de nous permettre de récolter rapidement la parole d’étudiant.e.x.s concerné.e.x.s. Des réponses que nous avons obtenues ressortent les points suivants : difficulté de concentration chez soi (famille, personnes à charge, etc.), problèmes de connexion qui rendent les cours en ligne difficiles, problème d’accès aux ressources informatiques (pas d’ordinateur, réseau wifi trop lent, etc.), angoisse importante face à la situation, fatigue morale et inquiétudes financières (précarité des emplois étudiants, délai pour allocations, renouvellement des permis de séjour, etc.).

Ce qui ressort de façon quasi-systématique et qui est la particularité principale des Lettres, c’est l’impossibilité pour beaucoup de travailler sans un accès à la bibliothèque et/ou aux archives. Une grande partie des études en Lettres requiert en effet un accès à des ouvrages souvent compliqués, voire impossibles à trouver en ligne, ainsi que, pour certaines disciplines, à des archives non numérisées. Sans cet accès, et sans temps accordé pour emprunter certains livres nécessaires au travail chez soi avant la fermeture totale, les étudiant.e.x.s se disent désemparé.e.x.s. face à un semestre qui continue d’avancer alors qu’iels sont dans l’impossibilité d’effectuer les recherches nécessaires tant dans le cadre de rendu d’attestations que dans les rédactions d’un travail de bachelor ou de master. Cela vient ajouter un stress important à un travail qui se déroule souvent de façon très individuelle en marge des cours, échappant ainsi facilement à la logique des mesures qui pourraient être prises concernant la validation académique du semestre. Toute discussion sur le maintien de la session d’examens de printemps 2020 doit ainsi prendre en compte de façon nécessaire l’accès aux ouvrages physiques et aux archives de la bibliothèque des différentes unités de la faculté des Lettres. De plus, certains modules de Lettres doivent ou peuvent être validés par des stages qui sont, pour la plupart, repoussés, transformés ou tout simplement annulés. Repenser ces modules et leur validation pour le semestre ou l’année en cours est également une priorité pour le maintien de cette session d’examen.

Concernant les examens, il semble évident que, dans la situation actuelle, on ne peut attendre une préparation adéquate des étudiant.e.x.s, les exigences d’évaluation doivent en tenir compte. Il est essentiel que ces dernières soient inclusives et égalitaires à la fois dans leur conception et dans leur application pour s’adapter aux formats multiples d’évaluations et au profil de chaque étudiant.e.x. Il est également nécessaire qu’une voix étudiante puisse prendre part aux discussions concernant les modalités d’évaluation et le déroulement de cette fin de semestre. En tant qu’association facultaire, l’AEL demande donc à intégrer ces commissions décisionnelles pour y représenter les intérêts étudiants.

Nous tenions également à souligner que, face à cette situation unique, c’est l’ensemble de la population qui est appelée et astreinte à dédier une part importante de son temps et de son énergie au soin de soi et de ses proches ; enfants à charge sortis du circuit scolaire, proches en confinement total, inquiétude pour sa propre santé ainsi que celle de son entourage et bien d’autres préoccupations sont devenues le quotidien de tou.te.x.s. Il nous semble également important de prendre le temps, ensemble, de se questionner sur la priorisation de la productivité au détriment du bien-être et la santé de l’ensemble de la communauté académique. Face à cela, l’AEL s’annonce prête à défendre les intérêts des étudiant.e.x.s dans cette période d’incertitudes et reste disponible et à l’écoute des avis et inquiétudes de chacun.e.x.s.

Solidairement, Le comité de l’AEL

Les commentaires sont clos.