FAQ sur un temps de révision avant les examens de juin

FAQ sur un temps de révision avant les examens de juin

Vous avez été très nombreux à répondre à notre sondage pour un temps de révision avant les examens de juin : plus de 600 réponses à l’heure où nous écrivons ces lignes ! Pour l’instant, les étudiant-e-s semblent très majoritairement en faveur de cette initiative (nous vous publierons les résultats définitifs du sondage à la rentrée des vacances de Pâques). Espérons que le Décanat accordera toute l’attention nécessaire à ce plébiscite massif des étudiant-e-s, qui reflète un besoin indéniable.

Vous avez également été nombreux à nous poser des questions en commentaire, et c’est pourquoi nous vous proposons cette petite FAQ pour répondre à l’essentiel d’entre elles.


Pourquoi seulement 4 jours ?

Notre projet initial demandait une semaine complète. Mais le Décanat a refusé d’entrer en matière sur la semaine entière, en nous opposant des arguments d’ordre académique (cela empiéterait sur le temps de recherche des profs) et administratif (le service des examens a besoin de ce temps pour la gestion des notes de la session de juin et pour la préparation de la session d’août). Ces quatre jours sont alors apparus comme le seul compromis possible si nous voulions tout de même repartir avec quelque chose.


Quatre jours/une semaine, ce n’est pas suffisant !

Il est évident qu’une session d’examens universitaires ne se prépare pas en quatre jours, ni même en une semaine. Ce temps de révision libre ne doit pas être vu comme un substitut à une révision de plus longue haleine. Il a plutôt pour but de soulager la pression considérable qui pèse sur nos épaules à la fin du semestre, due au cumul des révisions, des cours à suivre et des travaux à rendre, et à offrir la possibilité d’effectuer une synthèse sur nos cours, une fois ceux-ci terminés. Il s’agit aussi de tenir compte des étudiant-e-s qui, pour des raisons diverses (travail alimentaire, famille, etc.) ne peuvent fournir de travail suffisant en dehors des cours pour préparer leurs examens.

Pourquoi ne pas avancer le semestre d’une semaine ?

Faire commencer le semestre une semaine plus tôt pour dégager une semaine de révision avant les examens de juin était la première solution que nous avions envisagée. En effet, l’intersemestre nous semblait démesurément long (alors que la session de janvier est plus légère que celle de juin), et cela évitait de devoir prendre une semaine sur l’été. La solution semblait donc optimale. Malheureusement, les dates de débuts de semestres sont fixées dans le calendrier académique et le Rectorat tient à ce que la rentrée s’effectue à la même date dans chaque faculté de l’Unige. Cette solution a donc dû d’emblée être écartée.


Est-ce que cela s’appliquera déjà à la session de juin 2017 ?

Non, si cela s’applique, ce sera au plus tôt en juin 2018.


Pourquoi est-ce que cela semble si compliqué à mettre en place en Lettres par rapport à d’autres facultés ?

Le statut particulier de la faculté des Lettres, qui tient à la diversité de chacun de nos parcours, rend toute organisation beaucoup plus complexe que dans les autres facultés. Ainsi, la préparation des différentes sessions d’examen, par exemple, prend beaucoup plus de temps qu’ailleurs. Mais comme plusieurs d’entre vous l’ont fait remarquer, la semaine de révision avant les examens de juin est déjà en place à l’Université de Lausanne, par exemple, depuis longtemps. C’est donc réalisable !


Comment cela se passe-t-il dans les autres facs ?

À la base, le calendrier académique prévoit que les cours se terminent le vendredi et que la session d’examens commence le lundi. Il y a quelques exceptions, comme la faculté de Droit, dont les examens, comme en Lettres, commencent directement le samedi, ou la faculté de Théologie, dont les examens commencent le mercredi. Mais c’est surtout la faculté de Sciences qui nous intéresse, puisque leur association d’étudiant-e-s a récemment obtenu l’instauration d’une semaine de révision en juin !

Et dans d’autres universités ?

La faculté de Lettres de l’Université de Lausanne a une semaine de révision avant les examens de juin, celle de l’Université de Neuchâtel commence ses examens le jeudi. En France, les universités offrent généralement au moins une semaine de révision avant les examens.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de questions : ael@unige.ch


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*