Semaine de révision

Semaine de révision

Semaine de révision

Entre 2016 et 2018, l’AEL a milité pour l’obtention d’une semaine de révision avant la session d’examens de juin.

Pour rappel, jusqu’à juin 2017, la session d’examens commençait le samedi, c’est-à-dire au lendemain du dernier jour de cours. Le temps de révision consacré à cette session était donc nul.

La question avait déjà été soulevée à de nombreuses reprises au sein de la Faculté. En 2016, enfin, un groupe de travail a été créé, réunissant des membres du comité de l’AEL et du Conseil Participatif, afin de se pencher officiellement sur la question.

Arguments

Nos arguments en faveur de ce temps de révision ont été les suivants:

  • Un déséquilibre entre les sessions d’examens : un long intersemestre pour une session de février légère, mais aucun temps de préparation pour une session de juin qui, en Lettres, est la plus lourde !
  • Enchaîner aussi rapidement cours et examens ne nous permet pas de donner le meilleur de nous-mêmes, et fait peser sur nous un stress et une pression considérables.
  • Une semaine de révision n’annulerait pas le besoin de préparer nos examens tout au long du semestre, mais permettrait de nous organiser de façon plus confortable, et d’effectuer une synthèse rétrospective sur nos cours.
  • Travailler tout au long du semestre est plus compliqué pour celles et ceux d’entre nous qui doivent jongler entre travail universitaire et travail alimentaire.
  • Nombre d’entre nous se voient obligé.e.s de repousser des examens à la session d’août. Or, à notre sens, celle-ci devrait rester principalement une session de rattrapage ou de secours, lorsque la quantité de travail est trop lourde pour être réalisée lors de la session de juin. En effet, la session d’août présente de nombreux désavantages : sacrifice d’un été qui pourrait être consacré au travail, à la famille ou au repos, incertitude pesant sur l’année à venir en cas d’échec, etc.
  • La plupart des Université de Suisse romande et de France accordent une semaine, ou au moins quelques jours, de révision avant une session d’examens (UNIL, EPFL, UNINE, etc).

Actions menées et résultats

Une lettre a alors été adressée au Décanat en février 2017, signée par l’AEL, la CUAE et une vingtaine d’associations de Lettres. Le Décanat ne s’est pas montré très favorable au projet, mais a accepté de nous rencontrer.

Nous avions envisagé trois solutions :

1. Faire commencer le semestre une semaine plus tôt (supprimer une semaine de l’inter-semestre)

Cette solution nous semblait la meilleure, mais elle a été refusée car le calendrier universitaire exige l’harmonisation des rentrées des différentes Facultés (sauf celle de Médecine, because of reasons).

2. Supprimer une semaine de cours

Nous étions contre : le deuxième semestre étant déjà court, ce ne serait pas dans

l’intérêt des étudiant.e.s

3. Décaler la session de juin d’une semaine

C’est la solution 3 qui a été retenue. Cependant, le Décanat a émis deux oppositions :

  1. Les professeur.e.s ont besoin de l’été pour mener leur recherche et refusent de céder une semaine entière.
  2. Le service des examens a besoin de ce temps pour rendre les notes et préparer la session d’examens d’août.

En vue de sonder l’opinion des étudiant.e.s sur la question, de légitimer l’importance du projet aux yeux du Décanat, et de réfléchir aux modalité de sa mise en oeuvre, nous avons consulté les étudiant.e.s au moyen d’un sondage informatisé en avril 2017. Résultat : 678 réponses obtenues en quelques semaines (soit plus d’un tiers des étudiant.e.s de Lettres), dont 93% estimaient que ce temps de révision était nécessaire.

Finalement, un consensus a été obtenu : faire commencer la session le mercredi, ce qui permettrait de dégager 4 jours de révisions entre la fin des cours et le début de la session d’examens. Il ne s’agissait cependant pas de crier victoire trop tôt : il était trop tard pour la session de juin 2018, et la rénovation des Bastions ainsi que les complications administratives risquent de repousser l’instauration de ce temps de révision aux calendes grecques. Néanmoins, le service des examens s’est déjà engagé à supprimer le samedi de la session d’examens (celle-ci a donc commencé, dès juin 2018, le lundi suivant la fin des cours). Quant au Décanat, il a affirmé qu’il ferait son possible pour que ce temps de révision soit appliqué dès juin 2020. Affaire à suivre, donc…

Pistes d’avenir

À notre sens, une semaine de révision avant la session d’examens la plus lourde de l’année académique n’est ni un luxe ni un caprice, mais bien un confort dont chaque étudiant.e de l’Université de Genève devrait disposer.

Nous avons donc discuté du projet en assemblée des délégué.e.s de la CUAE, et d’autres associations de l’UNIGE se sont montrées intéressées. Le projet a également été présenté au Rectorat, lors de la réunion Associations-Rectorat de novembre 2017. Unir nos forces permettrait la possibilité :

  • D’obtenir une semaine complète de révisions
  • D’instaurer ce temps de révision dans le calendrier académique pour l’étendre à l’entièreté de l’Université de Genève, et de permettre ainsi, si cette solution est jugée plus pratique, de retrancher une semaine de l’intersemestre (et décaler ainsi le semestre d’été) plutôt que d’empiéter sur les vacances d’été. En effet, l’harmonisation des rentrées universitaires des différentes Facultés serait alors respectée.

Presse

Un article est paru le 30 mai 2017 dans le 20 Minutes sur le projet. [lien]

Nous avions nous-mêmes publié plusieurs articles explicatifs sur la question :

  • Une prise de position du groupe de travail [lien]
  • Une FAQ pour répondre aux questions qui nous ont été adressées dans le sondage [lien]